All links of one day
in a single page.
<Previous day - Next day>

rss_feedDaily RSS Feed
floral_left The Daily Shaarli floral_right
——————————— Monday 09, December 2019 ———————————
droit - droit+administratif -

Je suis moins choqué que Tommy, chez qui j'ai vu cette info : ce n'est pas la qualité de milliardaire du requérant qui a permis l'aboutissement de cette requête (notez au passage que sa fortune ne lui a pas valu un traitement de faveur, en accélérant la procédure par exemple), mais juste l'application du droit-.

Je l'ai déjà écrit : le droit administratif est protecteur. En l'espèce, le privilège dont a bénéficié M. Pinault est sans doute d'être bien conseillé, d'avoir les ressources financières pour payer un avocat (obligatoire lors d'un recours devant le CE), mais n'importe qui (comprenons-nous bien : "n'importe qui dans ce contexte, ça veut dire : quelqu'un de pas milliardaire mais suffisamment friqué pour habiter ce quartier) aurait pu former un tel recours et gagner.

jeux_vidéo - PhoenixPoint -

Bon. On va parler de Phoenix Point.
Non je n'ai pas craqué. C'est Liandri qui m'a donné la possibilité d'occuper mes nuits à autre chose qu'à dormir.
Qu'il en soit une fois encore remercié.

Je n'ai pas encore beaucoup joué (en gros 5 heures, mais GOG Galaxy me fait des trucs bizarres dans le décompte des heures), mais ça y est, je suis foutu. Accro.

Alors, Phoenix Point, c'est quoi ? Concrètement, il s'agissait du nom d'une organisation supra-gouvernementale, un peu comme X-COM, financée par la communauté internationale et chargée, depuis la fin de la seconde guerre mondiale, de protéger l'humanité contre toute forme de menace. Elle a eu son heure de gloire (base sur la Lune, etc.) et puis on a coupé les financements et elle a sombré dans l'oubli.
Pas de bol, le réchauffement climatique a libéré du permafrost un virus alien (c'est pas comme si c'était possible mais passons, on est pas là pour déprimer) qui a eu pour conséquence de transformer les écosystème marins dans un premier temps, puis terrestre ensuite en abominations lovecraftiennes, la chose se propageant sous couvert d'une mystérieuse "brume".

C'est d'ailleurs lors de l'apparition d'un nouvel épisode brumeux que le jeu commence, et je vous le donne en mille : ce sera le dernier. Soit le projet Phoenix trouve une solution, si possible en s'alliant avec l'une des factions déjà évoquées, soit ce sera la fin définitive du peu qu'il reste de l'humanité.

De fait, Phoenix Point démarre d'emblée avec les éléments composant XCOM 2 : War of the Chosen :

  • une organisation à rebâtir en repartant quasiment de zéro ;
  • des factions dont il faudra se concilier les bonnes grâces si l'on veut progresser (science, techno...)
    Là où la différence est vraiment flagrante avec XCOM 2, c'est que vous ne pourrez pas être amis avec toutes les factions et, si j'ai bien compris, vous pourrez même n'être ami avec aucune : vous aurez le choix entre accomplir des actions qui vous attireront les faveurs d'une faction (et feront immanquablement baisser l'estime des autres à votre égard), ou alors piller chez les unes et les autres ce qui vous manque le plus : nourriture, matériaux, technologie, argent, honneur (merci Surcouf pour la vanne - le corsaire, pas le magasin).

Sérieusement, je ne vous conseille pas de vous mettre à dos toutes les factions (même si je pense que je ferai fatalement une partie où j'essaierai) : ils sont plus nombreux que vous, et vous commencez la partie avec une base à moitié pétée, 5 troufions et un manque criant de ressources. En accomplissant des missions pour les factions (buter des soldats rendus fous par les abominations -quand je vous parlais de Lovecraft- ou défendre un refuge contre une attaque de mutants), vous débloquerez certaines recherches, dont la capacité à commercer avec elles, mais aussi de recruter dans celles d'entre elles équipées de casernements (j'ai oublié le terme exact, mais c'est l'idée). Pour les autres recherches pour le coup, on est en terrain connu : buter alien - disséquer alien - apprendre techno.

Autre point commun avec XCOM 2 : le décompte dans la progression du projet Avatar, ici remplacé par une jauge, indiquant en pourcentage le taux de progression de la brume, duquel découle les gens qui deviennent fous et les mutations. De fait, la progression de la partie semble avoir beaucoup de points commun avec un XCOM, jusque dans l'utilisation du géoscape même si dans ce cas, c'est en explorant la carte point d'intérêt par point d'intérêt que l'on découvre des sites et des missions, lesquels n'apparaissent pas tout seuls par magie (et sans les commentaires de Central).

En ce qui concerne les combats, on est bien entendu dans le classique tour-par-tour, mais la gestion des points d'actions est moins "rigide" que dans XCOM, ce qui m'a un peu décontenancé au début ; dans Phoenix Point, pour peu que votre soldat ait suffisamment de points d'action, vous pouvez avancer, tirer, puis avancer de nouveau. Ou l'inverse. Ou tirer deux fois sans bouger. Autre gros changement par-rapport à XCOM : pas de pourcentage de chance de toucher pour chaque cible (et ça, après 500 heures de XCOM : Enemy unknow et XCOM 2, c'est TRÈS perturbant). A la place, une mire composée de deux cercles bleus, dont la précision est fonction de votre éloignement de l'adversaire, et/ou de l'habileté avec l'arme considérée.
Et comme si ça ne suffisait pas, la balistique est relativement réaliste (je dis relativement pour ne pas contrarier Liandri : on est pas dans Arma, mais on sent qu'ils ont planché sur le truc quand même) : les balles ne contournent pas les obstacles, ne passent pas à travers les murs et sont traitées indépendamment les unes des autres. Je m'explique : lorsque vous êtes l'auteur ou la cible d'un tir en rafale, toutes les balles ne toucheront pas forcément au but. A noter au passage la possibilité offerte par le "tir libre", qui fait un peu penser au système "à la Fallout" : on peut cibler telle ou telle partie de l'adversaire, et ça peut sauver la mise lorsque celui-ci se cache derrière une grosse carapace... mais qu'il a une jambe qui dépasse.

Dans le même ordre d'idée, le friendly fire est une réalité... tragique, tangible et courante. Les balles, ça peut traverser un ennemi et toucher quelqu'un derrière... Les tirs de vigilance (une excellente idée de système de cône de visée) ça peut disperser des munitions un peu partout, placez vos copains derrière, pas devant... etc.

Oh, et le décor est destructible, même si ce n'est pas indiqué avec de grosses flèches fluo. L'ennemi est derrière un mur ? Pétez le mur. Les armes aussi sont destructibles : trop de boucliers ? Pétez lui son arme. (Par-contre, c'est valable pour vous aussi, attention...) Tant qu'on parle de flingues, faites gaffe à la gestion des munitions : dans XCOM, il fallait juste penser à recharger de temps en temps. Dans Phoneix Point, c'est bien beau de recharger, encore faut-il penser à emmener des munitions (une pour chaque type d'armes !) lorsque l'on prépare son escouade.

Je n'ai pas encore rencontré beaucoup de types d'ennemis, mais j'ai adoré me faire surprendre par certaines réactions imprévisibles de ces cochonneries ^^ Idem en ce qui concerne les classes de soldats : si on retrouve assez classiquement l'assault, le bourrin, le sniper, je suis en train de me rendre compte que ces catégories ne sont pas figées et que toutes peuvent apprendre des compétences des autres, ce qui confère une assez grande souplesse.

Bon, j'arrête là, c'est assez long comme ça !

retraite -

Au total, on sait bien ce qui se profile. Ils l'ont déjà fait sur l'assurance maladie :

  • D'abord on "dérembourse" (médicaments, optique...)
  • Du coup tout le monde achète une mutuelle
  • Alors on rend obligatoire les mutuelles d'entreprise (un "progrès", rappelez-vous en 2013...)
  • Et enfin on négocie pour que ces mutuelles remboursent mieux les gens (optique, dentaire). Comme Macron le fait aujourd'hui avec le "reste à charge zéro".
    Retour case départ ?
    A un un "détail" près : on a transféré un pan entier de notre Sécu publique 👩🏽‍⚕️..
    ...vers le privé 👨🏻‍💼
    Bien sûr, Macron n'assume pas du tout ce projet. Donc en façade, il propose deux lois séparées 😅
    Mais toutes les conditions sont réunies pour une explosion de la capitalisation :
  • les retraites vont devenir insuffisantes
  • l'épargne retraite, défiscalisée, est facilité
    Là où c'est choquant, c'est qu'on sait pertinemment que la capitalisation est :
  • très inégalitaire : plus on est riches, plus on a une "propension à épargner" importante.
  • très risquée. Aux Etats-Unis les pensions capitalisées ont perdu +de 20 % de leur valeur pendant la crise.

via Tommy

Thread complet ici : https://nitter.net/nosretraites/status/1203725398212784129

-